Previous Page  39 / 44 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 39 / 44 Next Page
Page Background

39

Les clôtures naturelles ne sont pas

une invention contemporaine, au

contraire, elles ont toujours existé.

Dans les campagnes et les jardins

écologiques, la nature ou les maté-

riaux recyclables ont toujours été

utilisés pour délimiter les jardins

ou les parcelles. Mais ces derniè-

res années, les clôtures naturelles

se voient de plus en plus. Ce phé-

nomène est non seulement dû à la

demande croissante de matériaux

peu ou pas nocifs pour notre envi-

ronnement, mais aussi à l'intérêt

que portent les gens aux solutions

élégantes et durables. Les clôtures

naturelles demandent peu ou pas

d'entretien et s'intègrent parfaite-

ment dans tout type de jardin.

Les haies

La première façon de délimiter

son jardin, et la plus naturelle de

surcroît, est de planter une haie et

de laisser la nature faire son travail.

Les espèces d'arbres et d'arbustes

les plus courantes pour la réali-

sation d'une haie sont le hêtre, le

charme, le ligustrum, le taxus, le

laurier cerise et le thuya. Si le hêtre

et le charme perdent leurs feuilles,

le laurier cerise et le taxus restent

toujours verts.

Si vous achetez des jeunes plantes,

sachez que vous devrez attendre

un peu avant que votre clôture ne

prenne forme. Les haies toutes prê-

tes sont plus chères, mais vous en

jouirez plus rapidement.

Les palissades

Les palissades en bois offrent de

nombreuses possibilités: délimi-

ter tout votre jardin ou protéger

votre terrasse. Disposées straté-

giquement, elles peuvent faire of-

fice de coupe-vent ou d'élément

décoratif. Elles peuvent diviser un

jardin, servir d'accroche aux plan-

tes grimpantes, dissimuler ce qu'il

vaut mieux cacher. Installées ho-

rizontalement, elles peuvent cou-

vrir votre terrasse pour la protéger

des regards indiscrets des voisins.

Comme elles pèsent peu, les palis-

sades en bois s'utilisent aussi pour

entourer les balcons et les toitures

terrasses. Les essences plus lour-

des comme l'afzélia, le cumaru,

l'ipé et le jatoba ont la propriété

d'absorber le son et conviennent

donc comme cloison antibruit.

Toutes les constructions sont pos-

sibles : droites ou courbées, dans

toutes les formes et dimensions.

Certaines sont entièrement fer-

mées, d'autres ajourées.

Le choix de l'essence pour le

bois des clôtures dépend de trois

critères : la classe d'utilisation,

aussi dénommée classe de risque

(l'environnement dans lequel le

bois est utilisé), la classe de durabi-

lité (certaines essences ont une ré-

sistance naturelle supérieure con-

tre les moisissures et les insectes),

et le degré de préservation.

© Luc Dewaele | Demonie Hout

© CRAS