Previous Page  14 / 44 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 14 / 44 Next Page
Page Background

14

PVC

Extraction et production

Le PVC est un matériau issu de l’industrie du chlore. La

production de 1 kilo de PVC nécessite 0,7 litre de pétro-

le, 1 kg de NaCI (sel de cuisine) et pas moins de 3,8 litres

d’eau. A l’instar de l’extraction de pétrole, l’extraction

souterraine de NaCl affaisse le sol et perturbe les pro-

cessus du sol. La fabrication et l’élimination de fenê-

tres en PVC libère des substances polluantes (dioxines,

acide chlorhydrique, phtalates, PCB...), toxiques pour

l’homme (cancérigènes, impact sur la procréation) et

l’environnement (non dégradables, présentes dans les

sédiments et la boue des installations d’épuration). En

cas d’incendie, le PVC émet des substances nocives.

C’est pour ces raisons que les mouvements écologi-

ques estiment que le PVC est un choix inacceptable.

Pourtant, le secteur ne ménage pas ses efforts pour

minimiser l’impact de ses produits et limiter les agents

polluants lors de la production. Les fenêtres en PVC, fa-

briquées à partir de fenêtres en PVC recyclées, présen-

tent un bilan écologique plus favorable.

Bilan énergétique

Le PVC est fabriqué à partir de matières premières non

renouvelables, provenant de l’industrie du chlore. La

production de PVC réclame beaucoup d’énergie, sur-

tout le PVC avec un noyau en aluminium.

Longévité et entretien

Les fenêtres en PVC ont une grande longévité et ré-

clament peu d’entretien. Néanmoins, pour préserver

l’aspect initial, elles doivent être nettoyées régulière-

ment. De par leur charge statique, elles attirent en ef-

fet la saleté. En cas d’endommagement (par exemple

des griffes, de la saleté incrustée ou une torsion suite à

un cambriolage), la menuiserie en PVC ne peut être ré-

parée. Elle doit être remplacée, ce qui entraîne des frais

supplémentaires et une consommation de matériaux.

Fin de vie et recyclage

Le PVC est aujourd’hui fourni de série avec une garantie

de réutilisation, qui implique une reprise du matériau

par les fabricants, à des fins de recyclage. Il est alors

nettoyé et broyé en granulats. Après des adjonctions,

il ne peut être réutilisé que comme noyau de châssis

par exemple. La face intérieure et la face extérieure des

châssis sont alors composées de PVC neuf.

La séparation des composants et additifs que contien-

nent les fenêtres en PVC constitue un vrai problème

lors du recyclage. Le matériau est dès lors générale-

ment jeté (risque de dispersion de métaux lourds) ou

brûlé. La combustion incomplète de déchets en PVC dé-

gage des vapeurs de chlore et de l’acide chlorhydrique,

de même que des dioxines. Les dioxines sont cancéri-

gènes et mutagènes (elles endommagent le matériel

génétique). Les déchets de PVC peuvent également être

ensevelis mais le matériau n’est pas dégradable. Dans

l’eau souterraine, les plastifiants constituent une me-

nace pour l’eau potable.

Lors du recyclage, le mélange des couleurs de toutes

les matières synthétiques transformées constitue un

autre problème. On obtient en effet une couleur noir-

gris qui limite fortement les possibilités d’utilisation.

Cela explique pourquoi seule une très petite partie

du PVC utilisé dans l’Union européenne est véritable-

ment recyclée. La majeure partie finit en décharge ou

à l’incinérateur.

Bois

Aluminium PVC

Extraction et production

Bilan énergétique

Longévité et entretien

Fin de vie et recyclage

Le bois reste lemeilleur choix !